Le dialogue national sous fond de protestation et répression

© Page Facebook ‘Les Transformateurs’

Après l’arrestation de 91 ce jeudi de militants du parti Les Transformateurs lors d’une parade de sensibilisation à leur meeting appelé « dialogue du peuple », une colonne de militaires ont encerclé le siège du parti Les Transformateurs, très tôt ce vendredi matin. D’autres arrestations et mouvements d’humeurs ont suivis.

Les travaux du Dialogue National Inclusif et Souverain (DNIS) ont commencé le 20 août dernier à N’Djamena. La cérémonie d’ouverture a été marqué par de messages très forts du Président du Conseil Militaire de Transition, le Général Mahamat Idriss Deby Itno. Lui, qui se réjouis de ce rendez-vous historique avec l’histoire.  Après plusieurs reports, ce dialogue qui est censé réunir tous les fils du Tchad cristallisait tous les espoirs. Le pré-dialogue, tenu à Doha au Qatar quelques mois plutôt entre les politico-militaires et le gouvernement tchadien a permis de convaincre plusieurs « mécontents » en exil de rentrer au Tchad. Mais l’absence du grand groupe rebelle, le FACT (Front pour l’Alternance et la Concorde du Tchad) – le groupe rebelle qui est à l’origine de la mort de l’ancien président Idriss Deby Itno inquiétait sérieusement les Tchadiens. Malgré tout, il fallait tenir les assises de ce dialogue tant attendu.

© Page Facebook ‘Les Transformateurs’

Difficile négociation avec Les Transformateurs…

Il faut donc préciser que l’absence du grand groupe rebelle du FACT au dialogue est dû au fait que les revendications du mouvement rebelle n’ont pas été satisfait par celui-ci. Même cas de figure avec Les Transformateurs du Masra Succès. Considéré actuellement au Tchad comme le parti politique le plus influent, Les Transformateurs sont très exigeants quant à leur participation au dialogue. Parmi leurs nombreuses revendications, ils souhaitent un dialogue « sincère » avec à la clé la non éligibilité des membres du Comité Militaire de Transition (CMT) aux prochaines élections présidentielles au Tchad. Cette condition est selon eux une condition « non négociable ». Pour se faire entendre et aussi afin de mettre plus de pression sur le CMT, Les Transformateurs ont initié le même jour de l’ouverture du DNIS un autre dialogue qu’ils appellent « Dialogue du Peuple ». C’est un grand rassemblement qui réunit environ 50 000 personnes dans un espace vide au quartier Abena appelé « Le Balcon de l’espoir ».  Le 20 août 2022, dans son meeting lors de ce dialogue, le leader du parti Les Transformateurs a déclaré 60 jours de résistance. Et donc tous les samedis, c’est une foule composée majoritairement de jeunes qui déplacent au « Balcon de l’espoir » pour écouter le meeting de Les Transformateurs.

Ce jeudi 1er septembre 2022, alors qu’une branche du parti de Les Transformateurs faisait une parade dans la ville pour appeler la population à sortir massivement assistée au meeting du samedi, elle a été arrêtée par la police pour « trouble à l’ordre public », selon les autorités. Une centaine de militants du parti Les Transformateurs ont été arrêtés entre jeudi et vendredi à N’Djamena. Dans une vidéo diffusée le vendredi, les Transformateurs ont été assiégés par une colonne de militaires. Des gaz lacrymogènes ont été jetés.

Pendant que les négociations se poursuivent pour faire venir Les Transformateurs à la table des négociations pour le Dialogue National Inclusif, cette répression de ce parti laissera sans doute de tâches d’huiles quant à la sincérité des assises. Pour Les Transformateurs, il faut un dialogue dans la justice et l’égalité, sinon l’on doit s’attendre à un autre gouvernement qu’ils mettront sur pied.

Doit-on s’attendre à deux Tchad ?

Ce n’est pas la première la première fois que le leader de Les Transformateurs utilise cette expression de « deux Tchad ». Pour lui, l’exigence est simple : un Tchad où règnera la justice dans toutes ses formes (justice sociale et institutionnelle) et l’égalité pour tous, sinon il faut s’attendre à deux Tchad. Mais que signifie concrètement « Deux Tchad » ? En d’autres termes il faut donc s’attendre à une initiative d’une probable scission dans un pays où parler de la Fédération est un tabou. Dans le camp de Les Transformateurs il n’y a pas de commentaires sur le sujet, mais en face, chez les pros CMT et MPS, Masra Succès serait en train de jeter de l’huile sur le feu. Le samedi, lors d’un dîner accordé aux groupes rebelles de retours de Doha au palais présidentiel, le Président du Conseil Militaire de Transition a profité de répondre à Masra Succès : « Il n’y aura jamais de deux Tchad ». Le Président du CMT trace ainsi une zone rouge non franchissable à tous ceux qui tenteront de « diviser » le Tchad, dit-il.

Dimanche soir, l’on apprend que l’état de siège chez Les Transformateurs fut lever, après des négociations avec les émissaires du CMT. Les militaires campés dans les environnants étaient partis et que les personnes arrêtées retrouveront la liberté. Mais le problème n’est toujours pas résolu. Qu’est-ce qu’on doit s’attendre à des jours à venir ?

We use cookies to give you the best experience.